Les Journées Européennes du Développement 2013

L’édition de l’année 2013 des Journées Européennes du Développement, tenue entre le 26 et 27 Novembre 2013, a eu comme objectif de générer un consensus pour un nouvel agenda pour le développement en relation avec le thème suivant : ‘une vie décente pour tous avant 2030’. Avec l’année 2015 approchant rapidement et désignée comme la date butoir pour l’accomplissement des OMDs, les discussions se sont concentrées sur ce qui a été accompli jusqu’alors et sur les prochaines étapes à suivre. Les points intéressants abordés dans les discussions ont inclut :

- ‘Comment une meilleure compréhension du progrès accompli peut-elle mieux informer la structure du développement dans le contexte post-2015 ?’ – Overseas Development Institute (ODI)

Les participants à cette discussion ont débattu la nécessité d’avoir des objectifs mondiaux tels que les OMDs mais ont reconnu que leur caractère universel ne permet pas de prendre en compte l’histoire et la situation économique et sociale spécifique de chaque pays. Des recommandations ont été formulées pour être pris en compte dans le processus post-2015 pour regrouper les OMDs avec des objectifs à court terme et spécifiques pour chaque pays, ainsi reconnaissant les contraintes et barrières au progrès que connaissent chaque pays en développement.

- ‘Capturer le potentiel des medias dans le processus post-2015’ – GFMD et Deutsche Welle Akademie
Cette session avait pour objectif de débattre la nécessité d’inclure l’accès à l’information, la liberté d’expression et l’indépendance des medias et leurs fonctions dans l’agenda post-2015. Les participants à la discussion ont indiqué très justement qu’en 2000, à l’époque ont les OMDs ont été créés, le monde n’était pas aussi interconnecté qu’il l’est aujourd’hui. Deux options ont été débattues : intégrer l’accès à l’information et la liberté d’expression aux OMDs ou inclure la ‘bonne gouvernance’ en tant que nouvel objectif dans lequel la transparence, la responsabilité et la liberté des médias feront partie intégrante des objectifs à atteindre. Ces droits sont qualifiés en tant que droits de l’homme dans toutes les conventions internationales. Comme l’a indiqué Flavia Pansieri, Haut-Commissaire Adjointe des Nations Unies pour les Droits de l’Homme, ‘le développement sans les droits de l’homme n’est pas le développement’. Si nous considérons alors la liberté de la presse et la liberté d’expression en tant que droits de l’homme, nous devrions alors les prendre en compte en tant qu’objectifs à atteindre dans le processus post-2015 ou au moins les prendre en considération en tant que facteurs contribuant au développement durable et viable d’une société libre et démocratique. Les médias jouent des nombreux rôles en termes de développement, en passant par la création d’un espace permettant la participation de tous dans le dialogue politique, à la contribution à la bonne gouvernance à travers son rôle de garde-fou. Les médias donnent également les circuits à travers lesquels les citoyens peuvent communiquer et encourager le débat politique. De plus, les médias sociaux et les technologies mobiles ont montré leur capacité à accélérer le processus de démocratisation, comme le Printemps Arabe est largement reconnu pour l’avoir démontré.



< Previous page



Jose Manuel Barroso - discours d’ouverture

20ème anniversaire d’OHCHR et l’UE dans le domaine de droits d’hommes

GFMD et Deutsche Welle sur les médias dans les Après 2015

IREX Europe - 11 Rue Aimé Collomb - Lyon, France, 69003
info@irexeurope.eu - Tel: 33 (0) 980 527 829 - Fax: 33 (0) 985 527 829
Facebook | Twitter